La Fondation, indéfectible soutien à l’accessibilité des monuments et jardins au public en situation de handicap

Le 22/01/2015 : Communiqué de presse : La Fondation pour les Monuments Historiques, indéfectible soutien à l’accessibilité des monuments et jardins au public en situation de handicap

La loi du 11 février 2005 posait les principes d’une généralisation de l’accessibilité, particulièrement pour les établissements recevant du public (ERP). L’échéance de 2015 était très attendue, annoncée comme l’année de la concrétisation. Ce n’est finalement pas le cas, de nouveaux délais étant accordés. Malgré ce coup de frein, la Fondation pour les Monuments Historiques poursuit sa mission de soutien à la mise en accessibilité des monuments historiques privés et publics.

15% de la population mondiale (soit plus d’un milliard de personnes) souffriraient d’un handicap. Un chiffre qui augmente du fait du vieillissement de la population.1 Cette réalité a été prise en compte avec la loi du 11 février 2005 qui imposait la mise en accessibilité des ERP d’ici dix ans. Si 2015 devait donc être l’année de l’accessibilité, il semble que ce ne soit finalement pas le cas, à l’issu de la troisième conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014. Certes, le chef de l’Etat réaffirmait la mobilisation du gouvernement en promettant un point annuel sur les actions en faveur des personnes handicapées. Cependant, les mesures prises restent minimes et de nouveaux délais — 3 à 9 ans de plus — ont été accordés pour rendre accessibles aux handicapés transports et établissements recevant du public.

Concernés par la loi de 2005, les propriétaires de monuments historiques français avaient déjà obtenu un sursis début 2014, du fait des contraintes particulières auxquelles ils font face. Eric Molinié, président du jury accessibilité de la Fondation pour les Monuments Historiques précise que « rendre un monument historique accessible au plus grand nombre apparaît souvent comme une utopie : contraintes architecturales et esthétiques, impératifs de sécurité, coût de l’opération, sont autant de freins à la bonne volonté des propriétaires. » Consciente de ces difficultés, la Fondation pour les Monuments Historiques, sous égide de la Fondation de France, avait inscrit l’accessibilité des monuments et des jardins historiques au centre de ses actions dès sa création en 2008.

Ces nouveaux délais accordés n’entament pas la volonté de la Fondation pour les Monuments Historiques d’aider les propriétaires à rendre accessibles à tous, les trésors dont ils sont les dépositaires. Depuis sa création, elle a déjà attribué 244 000€ à 20 projets de mises en accessibilité. Cette année encore, la Fondation a lancé l’appel à projet « Accessibilité monument et jardin ». La remise officielle des aides aura lieu en novembre 2015.