Château de Béru (Yonne)

Sotheby’s France, en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien au château de Béru pour la restauration du papier peint de la Chambre d’époque Directoire.

Sur une surface de 25m2 , la pièce présente un décor à l’étrusque en papier peint à la planche avec flocages de soie et motifs polychromes. Cet ensemble, daté de 1800-1820, pourrait être attribué aux manufactures Leray, Legrand ou Jacquemart et Bénard.

Montant du soutien  : 5 000 €. 

Pour en savoir plus sur le château de Béru, rendez-vous sur son site internet en cliquant ici  ! 

Château de Grand Pré (Vaucluse)

Sotheby’s France, en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien au château de Grand Pré, situé dans le Luberon, pour la restauration des gypseries du Grand Salon et de la Chambre de Madame.

Ces décors, que l’on peut admirer sur les dessus de portes, trumeaux, poutres et plafonds des deux pièces, sont datés des années 1760-1780 et conservent une finesse exceptionnelle. Le vocabulaire décoratif des rosaces et médaillons fait la part belle au thème pastoral et aux représentations des valeurs, des goûts et des loisirs, tels que la chasse, la musique et les arts.

Montant du soutien  : 15 000 €.  

Pour en savoir plus sur le château du Grand-Pré, rendez-vous sur son site internet en cliquant ici 

Chapelle du Sacré-Cœur des Feuillants (Vienne)

French Heritage Society (Atlanta and California Chapters), en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien à la chapelle du Sacré-Cœur des Feuillants, à Poitiers, pour la restauration de la toiture, de la charpente et des maçonneries du dôme.

Cette chapelle, dont la première pierre est posée en 1818, est un bel exemple d’architecture néoclassique religieuse, inspiré de la Chapelle expiatoire à Paris.  

Montant du soutien  : 5 000 $ 

Pour en savoir plus sur la chapelle du Sacré-Cœur des Feuillants, rendez-vous sur le site internet de l’association en cliquant ici  !  

Chapelle templière de la Commanderie d’Épailly (Côte-d’Or)

French Heritage Society (New-York Chapter), en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien à la restauration des voûtes, des contreforts et des élévations intérieures de la chapelle templière de la Commanderie d’Épailly.

La chapelle témoigne par ses dimensions de l’importance de la Commanderie : sa nef à six travées mesure 31m de long sur 10m de large, avec une hauteur sous clef de voûte de plus de 10m ! 

Montant du soutien : 12 500 $ 

Pour en savoir plus sur la Commanderie d’Epailly, rendez-vous ici !  

Château de Bouzols (Haute-Loire)

French Heritage Society (Chicago and New-York Chapters), en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien aux travaux de restauration de la couverture de la Maison dite  de l’intendant, qui se situe dans l’enceinte du castrum de Bouzols.

Les travaux consistent à reprendre l’intégralité de la toiture ainsi que le système d’évacuation des eaux pluviales. 

Montant du soutien  : 10 000 $ 

Pour en savoir plus sur le château de Bouzols, rendez-vous sur son site internet en cliquant ici  ! 

Château de la Varenne (Meuse)

French Heritage Society (Paris Chapter), en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien à la restauration du château de la Varenne pour la reprise de la couverture du pan Nord, côté parc, et d’une de ses échauguettes.

La toiture du château, à quatre pans, est couverte de tuiles en écailles et est aussi haute que la façade, soit 9 mètres !

Montant du soutien  : 15  000 $ 

Château de Panloy (Charente-Maritime)

French Heritage Society (Atlanta, Louisiana and California Chapters), en partenariat avec la Fondation pour les Monuments Historiques, apporte son soutien aux travaux de restauration du pigeonnier du château de Panloy pour la reprise de la couverture, de la charpente et des enduits de l’édifice. D’une superficie totale de 120 m2 et doté de 3 000 boulins, le pigeonnier porte la signature de son maître-maçon et l’année de sa construction, 1620.  

Construit en bord de Charente sous le règne de Louis XV, le château de Panloy appartient aujourd’hui encore à la même famille et a ainsi pu conserver son mobilier d’époque. 

Montant du soutien  : 15 000 $ 

Pour en savoir plus sur le château de Panloy, rendez-vous sur son site internet en cliquant ici !

Lancement de la 1ère session de candidature pour les prix et soutiens 2021

La Fondation Mérimée lance aujourd’hui la 1ère session de candidatures pour ses prix et soutiens 2021.

Les propriétaires de monuments et jardins historiques, publics et privés, peuvent dès à présent concourir aux aides à projets Restauration et Accessibilité ainsi qu’au prix François Sommer.


Aide à projets Restauration 2021

Montant : entre 5 000 € et 15 000 €

L’aide à projets Restauration permet d’attribuer un soutien financier à tout type de travaux de restauration d’un édifice, parc ou jardin, public ou privé, à condition qu’il soit classé ou inscrit au titre des monuments historiques.

Consulter le règlement du prix ici.

Pour candidater à l’aide à projets Restauration 2021

Pièces du dossier à fournir :

  • Le questionnaire de candidature* dûment complété (Format Word uniquement) >> Modèle à télécharger ici.
  • Une présentation photographique* (en Format PowerPoint uniquement, pas de PDF) >> Modèle à télécharger ici.
  • Les documents annexes (la liste exhaustive est à consulter dans le modèle de questionnaire précité).

Le dossier finalisé doit être envoyé avant le 15 mars 2021 par WeTransfer à l’adresse : communication@fondation-merimee.org


Aide à projets Accessibilité 2021

Montant : entre 5 000 € et 10 000 €

Cette aide à projets permet d’encourager un programme de travaux destiné à faciliter l’accès aux personnes en situation de handicap (moteur, visuel, auditif ou intellectuel) au sein d’un monument ou jardin historique, public ou privé.

Consulter le règlement du prix ici.

Pour candidater à l’aide à projets Accessibilité 2021

Pièces du dossier à fournir :

  • Le questionnaire de candidature* dûment complété (Format Word uniquement) >> Modèle à télécharger ici.
  • Une présentation photographique* (en Format PowerPoint uniquement, pas de PDF) >> Modèle à télécharger ici.
  • Les documents annexes (la liste exhaustive est à consulter dans le modèle de questionnaire précité).

Le dossier finalisé doit être envoyé avant le 15 mars 2021 par WeTransfer à l’adresse :  communication@fondation-merimee.org


Prix François Sommer 2021

Montant : 30 000 €

La Fondation Mérimée, avec le soutien de la Fondation François Sommer, soutient la restauration de décors en lien avec la chasse et la nature (peinture murale, bas-reliefs, vitraux, etc.) ou la sauvegarde d’un édifice répondant à l’une de ses catégories (pigeonnier, écurie, vivier, etc.).

Consulter le règlement du prix ici.

Pour candidater au prix François Sommer 2021

Pièces du dossier à fournir :

  • Le questionnaire de candidature* dûment complété (Format Word uniquement) >> Modèle à télécharger ici.
  • Une présentation photographique* (en Format PowerPoint uniquement, pas de PDF) >> Modèle à télécharger ici.
  • Les documents annexes (la liste exhaustive est à consulter dans le modèle de questionnaire précité).

Le dossier finalisé doit être envoyé avant le 15 mars 2021 par WeTransfer à l’adresse :  communication@fondation-merimee.org

Prix Décors Sculptés 2021

Montant : entre 5 000 € et 20 000 €

La Fondation, avec le soutien de Catherine de Montmarin-Monnoyeur (sculpteure), encourage les travaux de conservation ou de restauration de décors sculptés  – statues, bancs, fontaines, bassins, etc. – situés dans un parc ou un jardin privé protégé au titre des monuments historiques.

Consulter le règlement du prix ici.

Pour candidater au prix Décors Sculptés 2021

Pièces du dossier à fournir :

  • Le questionnaire de candidature* dûment complété (Format Word uniquement) >> Modèle à télécharger ici.
  • Une présentation photographique* (en Format PowerPoint uniquement, pas de PDF) >> Modèle à télécharger ici.
  • Les documents annexes (la liste exhaustive est à consulter dans le modèle de questionnaire précité).

Le dossier finalisé doit être envoyé avant le 15 mars 2021 par WeTransfer à l’adresse : communication@fondation-merimee.org

La Villa Médicis pouponne ses « prisonniers »

Depuis plusieurs années, la Villa Médicis – Académie de France s’est donné pour objectif de restaurer et de mettre en valeur ses huit hectares de jardins. Le schéma directeur conçu par Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des Monuments Historiques, prévoit notamment la restauration de trois sculptures représentant des prisonniers Daces, situées sur le parterre principal de la Villa, le Piazzale.

Grâce à son mécène Catherine de Montmarin-Monnoyeur, la Fondation a accordé en 2019 le Prix Décors Sculptés (10 000 euros) pour la restauration de l’une d’entre elles et les travaux sont aujourd’hui en cours. Nous vous proposons de prendre la direction de Rome pour découvrir les coulisses de ce chantier.

La collection du cardinal de Médicis

Bâtie autour de 1564, ce n’est que douze années plus tard que l’architecte Bartolomeo Ammannati donne à la Villa Médicis la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Sous l’impulsion du cardinal Ferdinand de Médicis, elle est aménagée pour servir d’écrin à une collection d’œuvres d’art composée d’antiques et de nombreux bronzes. En 1789, la majeure partie de cette collection est transférée vers la Galerie des Offices, à Florence, et Napoléon Bonaparte fait l’acquisition de la Villa, alors vidée de toutes ses œuvres, pour y transférer l’Académie de France à Rome, dont les bâtiments viennent d’être incendiés. À cette époque, la Villa et ses jardins sont dans un triste état et doivent être restaurés en vue d’accueillir les lauréats du prix de Rome.

Aujourd’hui encore, la Villa Médicis est le siège de l’Académie. Établissement administratif français sous la tutelle du ministère de la Culture, l’institution est une résidence dédiée à la création, la recherche et l’expérimentation. Elle a trois missions : accueillir les pensionnaires pour des résidences artistiques ; ouvrir le palais et le parc au public ainsi qu’organiser une programmation culturelle ; enfin, entretenir et restaurer le palais et ses jardins.

Vue d’archives © Académie de France à Rome – Villa Médicis

Les prisonniers Daces, « des antiquités modernes »

Balthus, directeur de l’Académie de 1961 à 1978, fera exécuter des tirages de statues florentines, comme le groupe des Niobides, les prisonniers Daces et l’obélisque, avec l’intention de retrouver les éléments de statuaire qui composaient le jardin du cardinal de Médicis en 1584. Les moulages de prisonniers Daces, qui se situent à l’est du jardin, sont ainsi des reproductions d’originaux romains ayant appartenus historiquement à la Villa. Elles représentent trois hommes debout, les mains liées, et affichent une bichromie bien contrastée : les corps des prisonniers imitent le porphyre rouge tandis que leurs mains et leurs têtes imitent le marbre blanc. Les trois piédestaux sont composés chacun de quatre panneaux sculptés en bas-relief qui illustrent des scènes et des motifs ornementaux d’arc triomphal. Les trois œuvres ont été réalisées entre l’été et l’automne 1975 par le sculpteur Michel Bourbon, alors boursier de l’Académie.

Une série d’examens technologiques a été récemment réalisée pour approfondir la connaissance de la technique utilisée par Michel Bourbon. Une analyse chimique et minéralogique des matériaux a notamment permis d’en apprendre plus sur la recette avant-gardiste mise au point par l’artiste, à savoir un mélange de marbre et de résine époxy. Une modélisation 3D des statues a aussi été initiée pour permettre à terme de les étudier à distance et de réaliser une visite virtuelle de l’ensemble.

Modélisation 3D © Académie de France à Rome – Villa Médicis

Un ensemble statuaire à restaurer

Si l’emplacement sur le Piazzale met bien en valeur les œuvres et leur permet d’établir un dialogue avec l’environnement naturel, entre autres les pins et les haies de buis et de laurier, celui-ci occasionne néanmoins des altérations qui affectent leur état de conservation. Les facteurs de dégradations sont liés à l’érosion, à l’exposition aux agents atmosphériques ainsi qu’à la croissance de la végétation et de la microflore (algues, champignons et lichens). Une intervention conservatoire devenait donc urgente et, en parallèle, une réflexion autour d’un plan d’entretien et de conservation préventive devait être bâti pour les années à venir.

Détail de la patine biologique © Académie de France à Rome – Villa Médicis

Une technique de restauration respectueuse de l’environnement

Pour procéder à l’élimination des microorganismes ayant recouvert la surface des statues, qui leur donnait une patine sombre, une méthode de pointe a été utilisée afin d’éviter l’emploi de substances toxiques et nocives pour l’homme et l’environnement, comme le sont les biocides synthétiques traditionnels. En collaboration avec le laboratoire de restauration du marbre des Musées du Vatican, la Villa Médicis a opté pour l’utilisation d’un mélange d’huiles essentielles naturelles qui s’avèrent être extrêmement efficaces pour le traitement des patines biologiques. Le traitement biocide aux huiles essentielles, même s’il ne permet pas d’éviter une dispersion des produits dans l’environnement et sur le gazon environnant, constitue néanmoins une solution parfaitement éco-compatible et éco-durable.

La restauration © Académie de France à Rome – Villa Médicis