L’abbaye Sainte-Marie de Fontfroide soigne ses décors

L’abbaye de Fontfroide, située à Narbonne, dans l’Aude, a été fondée à l’extrême fin du XIème siècle et affiliée à l’ordre de Cîteaux. Au fil des siècles, elle connaît une expansion rapide qui lui vaut d’être agrandie et embellie. Témoins de cette richesse, les cours et jardins de l’ensemble abbatial accueillent encore aujourd’hui de nombreuses sculptures et des décors ornementaux. En 2019, grâce à sa mécène Catherine de Montmarin-Monnoyeur, la Fondation Mérimée a accordé aux propriétaires du monument un soutien de 10000 euros pour la restauration de deux ensembles décoratifs.

L’héritage de Gustave et Madeleine Fayet

Suite à sa mise en vente, en 1908, l’abbaye de Fontfroide est reprise par Gustave Fayet et son épouse, Madeleine d’Andoque de Sérièges. Collectionneur et peintre, Gustave Fayet entreprend sans tarder la restauration des bâtiments dont l’état sanitaire est alarmant. Il fait aussi de Fontfroide un lieu culturel, réunissant sur place écrivains, musiciens et peintres, comme par exemple l’artiste symboliste Odilon Redon venu en 1910 peindre son dernier grand décor, Le Jour et La Nuit, dans la bibliothèque. 

L’ensemble abbatial a d’abord été inscrit au titre des monuments historiques en 1988 puis classé en 2001. La protection intègre, en plus des bâtiments monastiques, les jardins en terrasses étagées, les cours, la roseraie ainsi que la statuaire et les fabriques. Pour faciliter la gestion et la transmission du monument, l’abbaye est détenue via une société civile immobilière qui regroupe 74 membres, tous descendants de Gustave et Madeleine Fayet. 

L’abbaye lauréate du Prix Décors Sculptés

Très certainement aménagés au XVIème siècle, les jardins en terrasses témoignent de la grande richesse dont jouissait l’abbaye à cette époque. Installés sur le flanc de la colline Ouest, face aux bâtiments, ces espaces s’organisent en différents clos et en terrasses successives. Les abbés commendataires ont par la suite aménagé un majestueux porche d’entrée que surplombent les jardins en terrasses étagées. 

À la suite de Gustave Fayet, les propriétaires successifs se sont tous attachés à conserver les bâtiments, les jardins ainsi que tous leurs aménagements et décors. C’est dans cette optique qu’ils ont présenté, en 2019, une candidature au Prix Décors sculptés, un soutien remis chaque année par la Fondation Mérimée – anciennement Fondation pour les Monuments Historiques – grâce au soutien de Catherine de Montmarin-Monnoyeur. La Fondation a ainsi contribué, à hauteur de 10 000 euros, à la restauration de deux décors datant du XVIIIème siècle : la fontaine en pierre calcaire qui orne la cour d’honneur et un pot à feu ornemental en grès que l’on retrouve sur la terrasse d’entrée. 

Ces deux décors nécessitaient une intervention conservatoire car leur emplacement à l’extérieur et en hauteur occasionnait des altérations liées à l’érosion, à l’exposition aux agents atmosphériques, ainsi qu’à la croissance de la microflore, notamment de lichens et de mousses qui leur donnaient depuis quelque temps une patine sombre.

Le travail du restaurateur a donc consisté à dessaler l’ensemble des éléments en les brossant, puis à les nettoyer à l’aide d’un traitement fongicide. Certaines fragilités et fissures ont été stabilisées par l’application d’un consolidant naturel et de mortier. Enfin, un film hydrofuge protecteur a été appliqué sur toute la surface des décors afin de veiller à leur préservation dans le temps. Grâce au Prix Décors sculptés, la fontaine de la cour d’honneur et le pot à feu ont enfin pu retrouver leur colorisation d’origine. 

La fontaine la cour d’honneur après restauration © Abbaye de Fontfroide.